Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 17:10

L’Association Animation Culturelle de Couzeix propose d’exposer du 16 novembre au 1er décembre 2013, sculptures, installation musicale, «  boîtes d’infini », projections de peinture et calligraphies d’Herbert Elsky au Centre Culturel de Couzeix.

    Cette manifestation sera une mini rétrospective de l’œuvre importante et remarquable de cet artiste d’origine américaine, installé en Limousin depuis 1995.

    En effet, venu de Californie avec son épouse Catherine, architecte, chargée de restaurer une maison limousine destinée à accueillir un Centre International de Méditation pour l’organisation bouddhiste Shambhala, Herbert Elsky a été séduit par la quiétude et la beauté de la campagne limousine où il s’est installé..

 

    Son parcours de création peut étonner par la diversité de ses productions.

En fait, comme dans un puzzle, toutes les pièces s’organisent en un tout dont les ciments sont la force de ses réflexions et le fil de sa philosophie.

 

- De 1970 à 1988 : Los Angelès

    Réalisation de sculptures en résine dont un bon nombre seront exposées à Couzeix.

« Substance minérale qui a la transparence du verre, la résine s’anime lorsqu’elle est baignée de lumière. Elle offre une qualité mystique qui n’est pas sans rappeler les vitraux de l’art chrétien… » (H. Elsky).

    Les premières sculptures sont des formes géométriques simples. La matière y est polie pour obtenir une transparence pure. Elles sont en écho avec la période de L’Art Minimal du moment.

    Dans un deuxième temps, Herbert assemble différentes formes ou introduit des éléments de récupération : ses sculptures deviennent plus dynamiques.

    Autre recherche : couler la résine dans du sable plutôt que dans un moule.

   Cette technique lui permet de réaliser des pièces plus grandes, d’aspect plus organique. « Les pièces qui sortaient ressemblaient à des spécimens venant d’autres planètes… » (H. Elsky)

    De cette période nous restent des œuvres éblouissantes de beauté, d’intensité, de profondeur qui communiquent une quiétude infinie ;

 

- De 1988 à 1991 :Retraite spirituelle

    Pendant trois années Herbert Elsky se retire dans un centre bouddhiste du Vermont (Etat de l’Est américain proche du Québec).

    Il s’éloigne de la création…mais le monde de l’art change vite...Il s’en émeut…

    La rencontre, dans une galerie, avec un petit lingam de Shiva (est-ce par hasard ?) déclenche un nouveau désir de « rentrer en art »

    Shiva, Dieu de la destruction, des illusions et de l’ignorance a pour emblème un phallus stylisé, ou lingam, symbole de création après le chaos.

    Cette représentation de Shiva figure dans la plupart des temples hindous.

    Elsky saisi par la puissance évocatrice de ces sculptures mythiques, retrouve sa passion initiale, enrichie des enseignements qu’il vient de recevoir ;

 

- De 1991 à 1995 : Période des lingams et des fontaines

    Herbert se passionne pour les lingams. Il en dessine, il les décline en résine claire ou obscure. Il leur recherche la perfection de la ligne  et du polissage

    Puis il apprend que les lingams, dans la tradition indienne doivent toujours rester humides. Elles vont être tellement humides chez Herbert qu’elles ouvrent la période des « fontaines ». Celles qui coulent sans bruit et introduisent actuellement une notion de vie dans la grange aux sculptures qui veillent alentour.

    Herbert considère alors que c’est « la première fois qu’il animait une sculpture »

    Cette réflexion est importante car le mouvement va en effet constituer un but déterminant dans l’œuvre qui s’affirmera d’année en année jusqu’aujourd’hui.

 

-1995 : installation en limousin

    Cette arrivée en limousin constitue un bouleversement total dans l’existence de notre artiste. Plus de possibilité de travailler avec la résine : Herbert dont l’imagination est sans limites crée des petites sculptures avec des matériaux de récupération, puis avec ces petites sculptures, des installations de petits paysages surréalistes…

 

- 2001 : naissance des « Boîtes d’Infini »

    Une question préoccupe Herbert « Est-ce que des «SCULPTURES »  peuvent devenir « THEATRE » ?

    Une première réponse est : OUI, lorsqu’il a l’idée d’enfermer ses petits paysages dans des boîtes et de les mettre en scène avec des jeux de miroirs qui leur donnent, dans un espace restreint, une dimension d’infini tout à fait surprenante et magique…

    Ayant conquis ce nouveau champ d’expérimentation, Herbert touche à son but.

    Il introduit dans ses « Boîtes d’infini » des éléments en mouvement mus par on ne sait quel subterfuge…mais qu’importe…le spectateur dont l’œil accède à ces spectacles par des petites « lorgnettes » est transporté dans un monde …d’ailleurs, comme dans un rêve….

    Herbert est prêt à sortir de ses boîtes pour construire un théâtre de sculptures qui va envahir une autre boîte : son immense grange

 

- 2004 - 2005 La Baluba Theater

   Baluba est un terme emprunté à une série de sculptures animées de l’artiste Jean Tinguely appelées « Les Balubas »

    Herbert met toute son énergie à la conception de ce théâtre destiné mettre en scène des installations animées qu’il expérimenterait pour réaliser des compositions musicales.

    Les objets sonores, construits avec des pièces de récupération de toutes matières y sont mis en mouvement par des ventilateurs ou des pompes à eau.

    Dans ces courants d’air artificiels, les différents éléments s’entrechoquent, se frottent, glissent…interagissent pour produire des sons variés mais savamment maitrisés

    Cinquante instruments où il n’y a aucun instrumentiste forment ainsi une installation spatiale qu’il appelle son Opéra Sonore.

    Tous ces « ready made » animés sont reliés à un immense tableau électrique peuplé d’interrupteurs et de variateurs avec lesquels le Maître des lieux compose puis exécute pour diverses occasions ses morceaux de musique autant poétiques qu’insolites :

          Exemples :

            - « A Baluba Symphony pour Bétonnière, Ventilateurs et Objets trouvés », première représentation donnée en 2005 au Baluba Theater en hommage à Jean Tinguely,(sculpteur dont l’œuvre est une des plus vivantes dans la sculpture du 20è siècle.)

            - « Concerto pour ventilateurs au plafond » (Journées du Patrimoine 2011)

            - « Cérémonie pour poèmes phonétiques » (d’après les poèmes phonétiques de l’artiste dadaïste Raoul Hausman dont nombre d’œuvres constituent une partie du fonds du Musée d’Art Contemporain de Rochechouart)

- « Concert improvisé : Chant, Danse et Jazz » avec Fatou Traoré, Axel Gilain, Fred Becker, Catherine Schmit et Gwenaelle Doerflinger. (2012)

            - « L’Homme qui danse » avec la danseuse Bobie Mfoumou (2013)

 

- Projections peintes et calligraphies

    Si l’on ajoute à tous ces travaux, toute une série de tableaux réalisés « d’un seul geste, d’un seul trait de pinceau », de manière spontanée et sans préconception, résultat de l’intérêt d’Herbert Elsky pour la calligraphie et la philosophie chinoise, on se rend compte que l’articulation de sa vie, de sa pensée et de son œuvre font de cet homme un artiste total.

 

Biographie :

   1942 : Naissance à Los Angeles, Californie

   1964 : Bachelor of Arts Diploma, University of California at Los Angeles

   1966 : Master of Fine Arts, University of California at los angeles

   1966-1968 : Volunteers in Service to America

   1968-1970 : Worked in the studioof Dewain Valentine and learnedthe tehniques of polyester resin

 

   Professeur :

   Art Center School of Design, Los Angeles, for 8 years

   Contemplative Art Workshops in the U.S and throughout Europe for more than 25 years;

 

   Expositions personnelles de sculptures en résine:

   Los Angeles (Californie)

          Esther Robles Gallery,

          Collaborative Gallery,

          Louis Rochas Gallery,

          Zephir Gallery,

          Jan Baum Gallery (cinq expositions)

   Denver (Colorado)

        Sebastien-Moore Gallery

   San Francisco (Californie)

          Bank of America World Headquarters

   Scotsdale (Arizona)

         Collier Gallery

   Orange County (Californie)

        Bental Corporation

 

De nombreuses sculptures figurent dans des collections privées ou publiques aux Etats Unis

 

   Travaux depuis son arrivée en France en 1995

          - Peintures projetées

          - Boîtes d’Infini

          - Théâtre Baluba

 

   Performances

          - 2005 : « RPM » (Révolution par minute) : Hommage à Jean Tinguely

          - 2006 : « Sadhana »

          - 2007 : « Ama’s Song »

          - 2008 : « Les Premiers et Dernier orgasmes d’Eva Braun »

          - 2013 : « Mbongui » Danse et musique : Théâtre de la Mégisserie – Saint Junien

 

   Expositions personnelles

          - 2004 : à La Grange à Calèches – Limoges

                       « Passages Intérieurs » : Boîtes d’Infini

          - 2005 : à Saint Fréjoux, Limousin

                        « Rencontre inattendue », installation 

          - 2008 : au Centre Culturel Jean Gagnant - Limoges

                        « A la Découverte de  l’Inconcevable » : Rétrospective

          - 2010 : à l’Espace Noriac – Limoges :

                        « Found Sound Stories »: Installation sonore

                        « Light and Blood a Memory and a Vow »: Performance et Video

          - 2013 : au Centre Culturel Municipal  - F 87270 Couzeix

                       Sculptures – Boîtes d’infini – Structures musicales

 

Adresse

   Mas Marvent – 87700 Saint Yriex sous Aixe

   33(0)555 03 52 15

   art@herbelsky.com

 

Contacts pour les informations relatives à l’exposition :

Nicole Roux : 05 55 39 92 43 – 06 13 68 97 93

                       roux.nicole@orange.fr

 

Floence Dautriat : 05 55 39 27 98

                       service.culture@couzeix.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Association animation culturelle de Couzeix - dans Evénements antérieurs
commenter cet article

commentaires